>> IFOD niet-politieke vakbond van de brandweermannen van Belgi

U bent hier : Beginpagina » PERSCONFERENTIE » PERSCONFERENTIE

>>Nieuw artikel

Tekst uit le Derniere Heure.

Pompiers:

un syndicat dénonce les horaires de travail (27/02/2008) Les pompiers travaillent ainsi plus de 56 heures dans certains corps, alors qu’ils ne sont payés que pour 38 heures seulement BRUXELLES La loi sur le temps de travail n’est pas respectée pour les pompiers. Ce sont surtout les pompiers volontaires qui sont les dindons de la farce, affirme mercredi la FISP-secteur pompiers (Fédération intercatégorielle des services publics).

C’est ainsi que les pompiers volontaires qui sont de garde chez eux ne sont payés que par intervention et pas pour toute la période pour laquelle ils sont disponibles. Or, selon la loi, le temps de travail est calculé à partir du temps ou l’employé est disponible pour son employeur, dit la FISP.

L’Europe donne sur ce point raison au syndicat: une série d’arrêts de la Cour européenne de Justice précisent que le temps de garde, même en étant inactif, doit être considéré comme du temps de travail.

Le syndicat, qui se dit indépendant mais ne cite pas sa représentativité, constate que "les communes imposent aux pompiers volontaires un nombre trop élevé de périodes de garde". "Le problème avec les volontaires est qu’ils exercent la plupart du temps un travail à temps plein et qu’à côté de cela ils sont également actifs comme pompiers, ce qui engendre un nombre élevé d’heures de prestations. De plus, ils ne sont pas suffisamment payés. Les services de garde que ces personnes effectuent devraient être considérés comme du temps de travail, et à ce même titre rétribués, mais ce n’est pas le cas", explique le secrétaire national, Jean Pirotte. "Les pompiers volontaires ne sont payés que par intervention et non pour le temps durant lequel ils se sont mis à la disposition de leur employeur", ajoute-t-il. Il n’y a selon lui pas de solution au problème. "La seule chose que l’on peut faire, c’est de supprimer le service volontaire et dès lors uniquement faire appel à des pompiers professionnels."

A côté de cela, se pose aussi le problème du manque de personnel, qui se fait principalement ressentir dans les plus petits corps de pompiers. Ce déficit en personnel a pour conséquence que la loi sur le temps de travail du 14 décembre 2000 ne peut être respectée. Les pompiers travaillent ainsi plus de 56 heures dans certains corps, alors qu’ils ne sont payés que pour 38 heures seulement, selon la FISP. La formation est également menacée vu qu’elle doit normalement se dérouler durant les heures de service, ce qui est impossible en raison du manque de personnel.

D’après des chiffres de 2003, il y a 5.700 pompiers professionnels (dont 2.958 en Wallonie et à Bruxelles) et 11.935 pompiers volontaires (dont 3.593 en Wallonie).


Intercategoriele Federatie Openbare Diensten - Belgisch Staatsblad van 20.03.1986 / blz. 3734
Administratieve en Sociale Zetel : Generaal Bernheimlaan 18/20 - 1040 BRUSSEL - Tel. 02 644 65 00 / Fax 02 644 67 93

POMPIER - SPIP - RÉCIT-FP